You are currently viewing Écrire…

Écrire…

  • Post category:Réflexions
  • Post comments:1 commentaire
  • Temps de lecture :4 min de lecture

Écrire… Pour certains c’est un calvaire, pour d’autres c’est un plaisir. Pour ma part, j’ai toujours aimé écrire. Je trouve que l’écriture a de multiples pouvoirs.

Prendre de la distance

Écrire, coucher ses mots sur le papier (ou sur écran via un clavier), permet de prendre de la distance, du recul. Quand on n’arrive plus à réfléchir, qu’on a du mal à prendre une décision, écrire aide à visualiser, à relativiser si nécessaire. Parfois, on se fait une montagne d’une chose et le fait d’écrire nous fait prendre conscience que la montagne n’est en réalité qu’une petite colline dont le sommet est facilement atteignable.

Alors que les paroles s’envolent, les écrits restent. L’oral suppose de la réactivité, de la répartie tandis que l’écrit, au contraire, permet de prendre le temps. Quand on écrit, on a le temps de réfléchir avant de poser ses mots, on a le temps de se relire, de se corriger, de préciser, de choisir le bon mot, la bonne tournure de phrase. Lors d’une discussion, on ne dispose pas de ce temps. Pour certains, ce n’est pas un problème, pour d’autres c’est plus compliqué.

 

Tenir un journal

Vous pouvez choisir d’écrire régulièrement dans un journal, juste pour vous. D’abord, le fait de coucher vos pensées, vos réflexions régulièrement vous permet de voir vos avancées, votre cheminement au fil du temps. Ça vous permet aussi de vous débarrasser l’esprit des pensées parasites : une fois que c’est écrit, ce n’est plus dans votre cerveau, vous êtes libéré !

Écrire des histoires

Transformer la réalité en fiction est également un outil puissant. Quand la réalité devient trop compliqué à vivre, le fait de la transformer en fiction vous permet à la fois de vous évader en créant une nouvelle réalité qui correspond mieux à vos attentes et à la fois de mieux supporter la réalité que vous vivez en vous défoulant dans cette fiction. Par exemple, à une époque, j’ai été amené à travailler avec une collègue qui n’avait pas du tout le même rythme que moi, la même manière de travailler, la même organisation, etc. Bref, c’était très compliqué et j’avais l’impression de stagner, j’étais stressée ! Quand cette collaboration a été terminée, j’ai ressenti le besoin de relâcher cette pression accumulée sur plusieurs mois et j’ai écrit une histoire, sur un ton un peu léger, où la narratrice avait un patron absolument impossible à satisfaire et une collègue casse-pieds sans cervelle. Bien sûr, même si je me suis servie de mon expérience pour écrire cette fiction, c’est une fiction et non la réalité. Tout d’abord, j’ai mélangé plusieurs véritables expériences professionnelles pour créer le contexte de l’histoire, j’ai changé le sexe de certains personnages, les prénoms, les lieux, etc. Finalement, les faits relatés dans cette fiction ne sont jamais arrivés (sauf une anecdote) mais c’est l’esprit, le caractère des personnages et les relations entre eux qui rappellent les situations vécues. Bref, écrire cette histoire m’a permis de bien me défouler et de ne pas me fâcher avec la collègue en question, qui au final n’y était pour rien : on n’avait juste pas la même manière de travailler !

Écrire versus oral

On oppose souvent écrit et oral et on reproche parfois à certaines personnes de ne pas savoir s’exprimer oralement. Récemment, on m’a fait comprendre qu’en gros l’écrit c’était pas top et qu’il valait mille fois mieux s’exprimer à l’oral, qu’il y avait moins de malentendus. Je ne suis pas totalement d’accord. Par la distance qu’elle permet, l’écriture peut nous permettre d’éviter de dire des bêtises, de prendre le temps de la réflexion et d’éviter de prononcer des paroles qu’on regretterait ensuite. Je pense que ce sont deux modes de communication tout à fait valables, différents et qu’il n’y en pas un supérieur à l’autre. De même, que certaines personnes retiennent mieux les informations qu’elles lisent et d’autres ce qu’elles entendent, certaines personnes parviennent mieux à exprimer leurs sentiments en les écrivant qu’en les disant.

Et vous ? Plutôt écrit ou plutôt oral ? Dites-moi tout en commentaires !

La publication a un commentaire

  1. Loth

    Alors moi, j’aime pas écrire. Enfin j’aime pas écrire des histoires, des lettres… Je sais pas quoi écrire, comment écrire….il me faut un temps fou pour trouver le bon mot, la bonne formulation. Petite, je n’ai jamais été douée pour les rédactions ou plus tard pour les dissertations. Même maintenant, il me faut un temps fou pour écrire mes cartes postales pendant les vacances !
    Heureusement, quand j’ai un doute ou des difficultés de rédaction, je sais vers qui m’adresser, n’est-ce pas sœurette ?

Laisser un commentaire